L'enfer vivait ici de Ludovic Metzker

L’enfer vivait ici de Ludovic Metzker

L’enfer vivait ici de Ludovic Metzker est un livre que j’ai eu envie de découvrir à sa sortie. J’ai eu la chance de lire Matt Dubois : Les citrouilles ne sourient jamais du même auteur et j’avais vraiment beaucoup apprécié. Quand Ludovic me l’a proposé en SP sur SimplementPro je n’ai évidemment pas pu résister.

Résumé

Trois amis d’enfance font l’acquisition d’une vieille maison de la banlieue berlinoise.
Après plusieurs mois de travaux elle est devenue un magnifique gîte.
A l’heure où leurs femmes accueillent les premiers clients, Karl, Marc et Farid se rendent à deux cents kilomètres de là.
Une ancienne gare suscite leur intérêt.
Une porte qui claque et qui refuse de s’ouvrir.
Une ombre entrevue dans un miroir.
Des graffitis, des chants d’hier…

« Il est temps qu’elle finisse ce qui a été commencé ! »

L’histoire

En débutant L’enfer vivait ici de Ludovic Metzker, je découvre trois hommes : Karl, Marc et Farid. Amis depuis toujours, ils viennent de faire l’acquisition d’une vieille maison de banlieue berlinoise. Lorsqu’ils l’annoncent à leurs femmes en leur faisant découvrir la maison, c’est la stupéfaction. Il s’agit d’une vieille bicoque, inhabitée depuis longtemps, utilisée par des squatteurs et totalement délabrée. Même si les hommes ont fait de leur métier l’achat et la transformation de vieilles maisons, elles ne voient pas comment celle-ci pourrait se transformer un jour en une habitation correcte. Après de nombreux travaux, elles acceptent de se lancer dans l’aventure d’en faire un gîte où chacune d’elle aura une fonction particulière et qui lui convient…

Le grand jour tant attendu de l’ouverture est arrivé, les premiers clients arrivent au gîte, la journée est agréable. Tous les clients sont ravis… Mais les hommes n’ont pas tout dévoilés à leur épouse. Avec l’habitation transformée, ils ont également acheté une ancienne gare ferroviaire. C’était un achat groupé et non négociable. Ils vont donc devoir se rendre sur place, avant l’arrivée des ouvriers pour ce nouveau chantier…

Les femmes se retrouvent à gérer le gîte, quand les hommes ouvrent les portes de cette ancienne gare à 200 km les uns des autres… Et c’est ici qu’ils vont tous découvrir que l’enfer vivait ici …

Mon avis

L’enfer vivait ici de Ludovic Metzker n’est pas le livre que je pensais lire à la lecture de son résumé… Ce n’est absolument pas négatif, j’ai totalement été surprise par l’histoire que l’auteur m’a racontée. Je dois bien avouer que j’ai du m’accrocher un peu au début du livre. Il y a énormément de personnages. Les trois hommes évidemment et leurs épouses. Mais on découvre très rapidement également les clients du gîte et ils sont quelques uns. Il ne m’a pas été simple de retenir tous leurs noms et les liens qu’ils avaient entre eux. J’aurais presque du me faire un petit plan 😉 d’autant qu’on les découvre évidemment au fur et à mesure que l’histoire se construit.

Mis à part cette difficulté, je suis entrée très rapidement au cœur du gîte avec ces trois femmes, dans leur rêve qui se concrétisent et dans le travail accompli. Je m’attendais à des relations houleuses entre ces femmes, il n’est pas toujours évident de vivre et travailler ensemble mais l’auteur ne s’attarde pas sur ce genre de détail. Il nous pose un cadre. Visuellement il est aisé de s’imaginer la transformation de cette vieille bicoque et très vite il nous emmène dans le doute.

Que va-t-il se passer? Qui est cette ombre que l’on voit passer? D’où viennent ces bruits? Et quand on commence à découvrir que ce qui se passe dans le gîte est loin d’être normal et ordinaire, il nous envoie une deuxième vague d’interrogations avec l’ancienne gare ferroviaire. Et ce que l’on découvre est totalement ahurissant. Les événements qui se succèdent sont surprenants et horrifiques.

L’alternance entre ce qui se passe dans la maison et dans la gare est extrêmement intéressant. Le lien entre les deux également. Il est difficile de ne pas trop en dire afin de laisser le lecteur découvrir lui-même tout ce que Ludovic Metzker a pu amener.

J’ai passé un moment effroyable avec cette lecture, entre la surprise, l’incompréhension et le final, les émotions ont été diverses et variées.

Je remercie Ludovic Metzker pour cette proposition de lecture, et également pour sa patience… Quelques petits aléas de la vie m’ont empêchés de rendre cette chronique dans les délais que je pensais raisonnables 🙂

Je te propose de retrouver l’auteur directement sur son site et de foncer lui acheter un de ses livres. Il en a quand même 17 à son actif, je suis certaine qu’au moins l’un d’entre eux pourra te plaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *