Interview Katell Curcio

Après la lecture de « Les Mânes de l’Ombre », j’ai eu la chance de réaliser une petite interview avec Katell Curcio. Je la remercie encore pour sa gentillesse et sa disponibilité. C’est un réel plaisir pour moi que de pouvoir échanger avec les auteurs.

  • Qui êtes-vous et d’où venez-vous ?

Je suis née en 1975, à Ploemeur, en Bretagne. J’y ai passé toute mon enfance et c’est à 24 ans que je suis partie vivre en Charente-Maritime.

  • Quand écrivez-vous ? Avez-vous 1 espace dédié ? Ou cela peut-être n’importe où ?

J’écris à n’importe quel moment de la journée, il n’y a pas de plage horaire idéale.

L’hiver, j’affectionne la salle à manger. Il y a deux baies vitrées qui donnent sur le jardin, ce qui crée une atmosphère apaisante.

À partir du printemps, tout est possible. Que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur, peu importe.

  • Etes-vous également une grande lectrice ?

À une époque, je lisais énormément. Maintenant, je prends plaisir à découvrir d’autres auteurs lorsque je n’écris pas.

Lorsque je construis une histoire, je ne lis pas. Sûrement par crainte d’être parasitée et d’avoir l’esprit pollué par autre chose que mon récit. Je souhaite garder ma concentration au maximum.

  • Quel est votre livre et/ou auteur préféré ?

Jean-Christophe Grangé et Anne Rice restent mes auteurs phares.

  • Qu’est-ce qui vous inspire ?

Pour mes deux premiers livres, certaines rencontres ou expériences de ma vie (bonnes ou mauvaises) ont été un véritable fil conducteur. Ceci pour élaborer quelques chapitres et façonner des personnages.

  • Quels sont vos futurs projets ?

Actuellement, j’écris un nouveau roman. J’attaque le 4ème chapitre.

  • Il me semble avoir vu que c’était votre 4ème livre. Sont-ils tous auto-édités ? Et est ce 1 choix ?

Non. ‘’ Les Mânes de l’Ombre’’est mon troisième roman. Et oui, ils sont tous auto-édités. J’aime la liberté que procure l’auto-édition. Et je tiens à la conserver. L’inconvénient est de tout réaliser soi-même, mise en page, couverture, quatrième de couverture, sans parler de la communication. C’est fastidieux, mais on s’adapte !

Encore toutes mes excuses à Katell pour l’erreur concernant le nombre de livres qu’elle a écrit … Encore un immense merci à Katell Curcio pour cette interview, la confiance et nos échanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *